Ecodev Conseil
232 rue de Noisy le sec
93170  Bagnolet

20/12/2017

Le World Efficiency Summit s’est tenu pendant trois jours au Parc des expositions de la Porte de Versailles (12-13-14 décembre),à Paris,  en marge du sommet international sur le climat (lui, à l’ile Seguin, à Boulogne).

Une matinée de visite a permis de prendre la mesure des avancées, des solutions proposées et de la mise en œuvre de la transition énergétique et de l’économie circulaire.

Deux ateliers, parmi bien d’autres, sur ces thèmes qu’ECODEV CONSEIL suit avec attention :

1°/ Les actions des territoires pour la transition énergétique (Energy transition ; the regions in action)

Plusieurs exemples mis en avant par les participants à l’atelier :

  • Région Hauts de France (Julien Vatry – CCI) : le CAP 3 RI, fonds spécialisé dans la transition écologique et l’économie circulaire, apporte un financement en Capital Investment aux entreprises qui ont un projet structurant.

AP3RI est ainsi une société d’investissement gérée par Nord Capital Partenaires en partenariat avec Finorpa. Nord Capital Partenaires est une société de gestion agréée par l’AMF et détenue par le Crédit Agricole Nord de France et Turenne Capital Partenaires.

-Ainsi Airflux Chaumeca (épuration des biogaz).

-Astradeck (gestionnaire de déchets).

-Dékran (une entreprise de reconditionnement d’éoliennes basée à Annecy et qui crée une nouvelle unité à Arcques).

Ces 3 entreprises ont généré plus de 50 emplois ; le projet qu’elles ont développé économise au total 1000 tonnes de CO².

Aujourd’hui, il s’agit d’entreprises relativement importantes mais le marché des start-ups est envisagé par CAP3 RI.

Le pôle de compétitivité CAP Energies (Pôle de compétitivité - Région PACA). Présentation par JC Clément du projet de Flexgrids

Les nouvelles compétences de régions et des métropoles en font des acteurs en forte émergence en matière de gestion des énergies (équipements, réseaux).

En réponse à l’appel à projets national pour le déploiement à grande échelle des Réseaux Electriques Intelligents ou Smart Grids lancé par le Gouvernement en avril 2015, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a déposé la candidature FLEXGRID. Ce projet d’envergure dont la Région PACA est le chef de file et Capenergies, la cheville ouvrière, fédère les collectivités territoriales et l’écosystème régional industriel et académique, et propose le déploiement de solutions technologiques sur ce territoire pionnier de la filière Smart Grids, pour répondre aux enjeux de la transition énergétique.

Objectifs de FLEXGRID :

  • Mieux intégrer les énergies renouvelables dans le réseau.
  • Développer la mobilité électrique : 2 millions de véhicules électriques en France en 2020,
  • Faire des économies pour les collectivités : à l’échelle européenne, les investissements dans des technologies intelligentes pourraient générer une réduction de 64% de la consommation d’électricité.
  • Répondre aux objectifs fixés par l’Europe pour 2020 : 20% de gain d’efficacité énergétique, 20% d’énergie renouvelable dans la consommation finale d’énergie (23% en France), 20% de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
  • Un investissement total de 600 Millions d’€ à ce jour et plus de 2000 emplois créés. L’opération repose sur un maillage resserré de collaborations entre acteurs.Le réseau PEX (Guillaume Ayné, délégué national Filières et territoires…)Les régions se sont dotées de fonds ; les moyens existent : il faut maintenant identifier les territoires de mise en œuvre (TEPOS, TEPCV : territoire à énergie positive pour la croissance verte) et surtout connecter entre eux les acteurs les plus volontaristes.Inégalité entre territoires ? Ce n’est pas réservé aux métropoles.

Exemples d’initiatives locales :

  • Tarbes et les Hautes Pyrénées (label « French Tech »).
  • Vallée de la Durance (territoire à énergie positive pour la croissance verte).
  • Sud Périgord (territoire à énergie positive)

Le risque : la fragilité des filières industrielles (par exemple dans le solaire). Peut-on remobiliser les tissus productifs locaux ? C’est différent dans le domaine du Véhicule Electrique (et des équipementiers de cette nouvelle filière).

2°/ Construire les réseaux de l’économie circulaire de l’échelle territoriale à la plateforme européenne des parties prenantes (Building circular economy networks : from territorrial level to the European circular economy stakeholder platform).

François-Michel Lambert, président de l’INEC et député.

« On ne fait pas seul … »

Nécessité d’un réseau et au-delà, d’imbriquer les différents réseaux

  • Engagements pour la croissance verte : Avec les « Engagements pour la Croissance Verte », le ministère de la transition écologique et solidaire vise à renforcer le partenariat entre l’État et les porteurs de projets innovants qui contribuent à la transition écologique. Il s’agit de lever les freins que ces derniers peuvent rencontrer et montrer, ainsi, qu'environnement et économie peuvent aller de pair. Inspirée du programme « Green Deal » initié aux Pays-Bas et reposant sur les principes du droit souple, la démarche permet de regrouper ces parties autour d'engagements volontaires. Dans le cadre de la transition écologique, l'État s'appuie ainsi sur les initiatives pionnières portées par les forces vives de la société pour faire avancer ses objectifs de politique publique.
  • Programme national de synergies interentreprises : pour ceux qui ne le connaissent pas (c’était aussi mon cas), le Programme National de Synergies Interentreprises (PNSI) est un programme expérimental d'écologie industrielle et territoriale amorcé en juin 2015 pour une durée de deux ans. Visant à renouveler les méthodes de mise en œuvre de l'écologie industrielle et territoriale en France, le PNSI a été déployé sur quatre régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Normandie et Nouvelle-Aquitaine) qui ont coordonné les équipes locales d'animation de la démarche (ADEME).

CIRRID – Denis Coconceli (Saint-Etienne)    

La nouvelle collaboration Etat / Régions développe une logique de décentralisation de la production et des réseaux.

-Une économie de liens, en co-construction : développer un réseau de connaissances (scientifiques, technologiques, économiques, territoriales …).

-Au plan territorial, il est conseillé de commencer le projet d’économie circulaire par un espace bien délimité, par exemple, une vallée, une ZAE. Et d’élargir : métropole, région, canton (par exemple pour Genève) . D’associer les réseaux consulaires, les pôles de compétitivité et de bien s’articuler avec des pilotes locaux.

Une plateforme européenne, Cillian Lohan

Closing session : 

Le pire fléau, c'est la résignation. » - Nicolas Hulot, Ministre d'Etat de la Transition Ecologique et Solidaire

« The barrier between production and behavioural consumption must be breached with education, information and marketing. We need market-based initiatives such as this conference to accelerate this necessary change. » - Tim Kasten, Deputy Director, Division of Technology, Industry & Economics, UN Environment.

Document à signaler : la dernière édition de l’ouvrage « Les acteurs économiques et l’environnement » (INSEE Références 2017).

Retour à la liste des actualités

Top