Ecodev Conseil
232 rue de Noisy le sec
93170  Bagnolet

29/05/2017

1/ Les filières numériques ; étude prospective :

L’AGEVAL a largement développé une action d’insertion et de remobilisation à l’échelle du Valenciennois, en multipliant ses chantiers d’insertion dans des domaines très divers, mais « classiques » (propreté urbaine, gestion urbaine de proximité, métiers du BTP et de l’environnement, maintenance industrielle).

Le choix effectué de manière unanime de se tourner vers les métiers des filières numériques parait largement fondé par la constitution à Valenciennes et territoires proches d’un véritable « écosystème » d’acteurs de la filière : entreprises, start-ups, lieux d’accueil dédiés, formations largement reconnues

C’est bien entendu un défi de taille à relever, compte tenu des écarts de niveaux de qualifications entre les personnes suivies par AGEVAl, d’une manière générale, et le niveau habituellement observé dans des entreprises du numérique, en évolution rapide, engagées à la fois dans la course aux talents et aux capitaux…

En revanche, trois facteurs sont encourageants :

1°/ Des expériences d’insertion professionnelle par les technologies numériques avec de bons résultats (% satisfaisant  de « sorties positives »), en France et en Europe.

2°/ Les atouts considérables dont bénéficient l’agglomération de valenciennes et le Hainaut.

3°/ Les applications du numérique se diffusent dans l’ensemble des activités économiques et dans la vie quotidienne des entreprises, des administrations et collectivités et bien entendu aussi du public (avec les écarts que l’on sait).

Apprendre les compétences de base du codage, intégrateur de données, images, sons, réseaux …, et développer ces compétences peut constituer un tremplin professionnel tout à fait valorisant.

ECODEV CONSEIL s'associe à Quentin Roquigny, Ingénieur, économiste et créateur de start-ups et a sollicité l'assocation COLUMBBUS pour témoigner de son expérience.

 

2/ L'identité économique du territoire entre Juine et Renarde :

Le territoire « Entre Juine et Renarde » souffre–t-il réellement de sa situation intercalaire, entre les pôles dynamiques du nord de l’Essonne (Orsay-Saclay-Massy), des Yvelines (Saint Quentin en Yvelines), et celui d’Etampes lui-même en situation de frange sud de l’Ile de France ?

De toute évidence, on se situe ici dans un espace économique très fortement concurrencé par de nombreux projets (dont ceux de Brétigny, juste au nord).

La question première soulevée par la CCEJR est celle de son identité économique. Concept plutôt subjectif, qu’il nous semble nécessaire d’étayer par des réalités et des indicateurs plus tangibles, voire mesurables. Quel poids économique, quels profils d’activités et filières ? Quelle attractivité (pour les entreprises, les investissements, les talents et les projets…) ? Quelles ressources, services, équipements en appui au développement économique ?

S’y ajoute dans ce contexte, une dimension plus qualitative qui tient à l’agrément du territoire au plan résidentiel, du patrimoine, des paysages qui forgent une image, souvent brouillée par un certain nombre de déficits ou points noirs …

Retour à la liste des actualités

Top