Ecodev Conseil
232 rue de Noisy le sec
93170  Bagnolet

17/10/2016

 

Enseignements  d’un benchmarking des clusters en Europe et en France :

De véritables clusters d’entreprises fonctionnent, à des échelles variables et généralement plus larges. On note des « cœurs de clusters » des lieux focaux, plus denses (Savoie Technolac, Saint Etienne Manufacture, Yes Delft …).

1°/ Des équipes (« dream teams » ?) :

Deux schémas :

Ou bien une équipe de quelques personnes, qui s’appuie sur un réseau dense d’experts, structures partenaires ; exemples : Savoie Technolac, cluster Rhône alpes éco énergies …

Ou bien une équipe renforcée 6 à 12 personnes, qui peut elle aussi s’étoffer du concours d’experts.

2°/Une offre de services enrichie :

Outre la mission de base, d’information, de consolidation du réseau d’acteurs et de promotion du cluster, certains ont mis en place des services d’appui aux PME /TPE qui mettent l’accent sur le volet commercial, le développement du business (opportunités d’affaires) et en font un objectif central assez nettement affirmé.

Exemples : NUMELINK à Saint-Etienne (journées levée de fonds et autres initiatives) ; ou OPTICS Valley (rencontres d’affaires avec les grands acheteurs, optimisation des canaux de diffusion multimédia). Les business meetings mettent en vis-à-vis les entreprises adhérentes et des réseaux d’acheteurs (privés mais aussi publics, ce qui est important pour les marchés de la ville durable).

La facilitation de l’accès aux marchés bénéficie aux entreprises adhérentes mais contribue également à renforcer l‘attractivité du cluster.

De même pour l’accés au financement, à la levée de capital-risque et de capital développement ….

Les marchés internationaux : le point clé est la constitution d’équipes et groupements d’entreprises, de consortiums non seulement pour répondre aux appels d’offres internationaux (une veille nécessaire) mais pour constituer une offre attractive, visible et riche dans sa capacité d’expertise et d’intervention …

OPTICS VALLEY organise des conventions d’affaires européennes ; le cluster des cleantechs de Copenhague facilite l’international branding ; DURAPOLE monte des actions conjointes à l’export ….

3°/ Liens business /R&D : une préoccupation partagée, des solutions diverses dont quelques actions ou dispositifs qui semblent pertinents et efficaces.

Ainsi : Génopole avec ses 19 platesformes technologiques ; DURAPOLE organise des visites techniques de laboratoires de R&D ; OPTICS VALLEY qui tisse des liens très denses, Delft YES Pro : des vouchers d’accès aux recherches du centre TNO (le CNRS néerlandais) et de l’université de Delft. Savoie Technolac active aussi ces collaborations … Nous y reviendrons …

Démonstrateurs et espaces tests : Cleantech cluster Copenhagen (demonstratorium), LUTB (mobilité électrique véhicules de livraison …), OKO Haute Autriche (ouverture vers le public et les collectivités).

4°/ Ecosystèmes créatifs : un point qui devient crucial ; réflexions en ce sens à Delft, Leiden et Rotterdam … C’est une préoccupation de Génopole qui cherche à développer de nouvelles synergies (Hôpital sud Francilien, Université Evry Val d’Essonne mais d’autres aussi …) et de diversifier ses thématiques (génétique du végétal).

5°/ Gouvernance des clusters : participation des industriels eux-mêmes ; DURAPOLE est animé par ses membres. Le LUTB est présidé par des industriels.

Savoie TECHNOLAC est porté par les deux principales agglomérations … YES DELFT associe Université, TNO, ville de Delft, milieux économiques.

Important d’associer les entreprises. ADVANCITY va d’ailleurs assez bien en ce sens dans la composition de ses comités d’orientation stratégiques.

6°/ Stratégies de communication et de marketing (YES Delft, NUMELINK, OCO Haute Autriche …). Reconnaissance par les organismes internationaux (OCDE, Union européenne …). Marques et appellations : généralement simples, elles évoquent sans trop d’ambiguïté l’objet du cluster (la filière, le domaine couvert) et la métropole ou la région qu’il représente. EX : cluster Rhône Alpes des éco-énergies

7°/ Qualité urbaine et lieux emblématiques (Saint-Etienne /Manufacture, Lyon Saint-Priest Cité de l’environnement …). Si le cœur de cluster n’est pas usuellement mis en avant, il est fréquent de pouvoir identifier un lieu plus particulièrement emblématique où se « cristallisent l’action, les échanges les plus denses : La cité de l’environnement (Lyon Saint-Priest), la Manufacture à Saint-Etienne (en devenir …). Pour Delft, c’est une configuration multisites. Le triangle (de quelques centaines de mètres de côté) : Campus de l’Université, Technopolis et YES Delft en constitue vraisemblablement l’épicentre.

8°/ Ressources humaines : GENOPOLE (Bio support) ; OPTICS Valley …. Un levier important pour la performance des clusters et également leur bon ancrage dans le tissu social et économique local.

Enseignements pour la stratégie de Descartes :

  • Enrichissement ciblé de l’offre de services (accentuant la dimension business).
  • Equipes plus étoffées (on le sait bien …) ou travaillant avec un réseau d’experts plus large.
  • Valoriser la dimension ressources humaines, passerelles entre les formations et formations ad hoc pour les entreprises
  • Repenser l’offre à l’international (des objectifs de test en vraie grandeur).

Retour à la liste des actualités

Top